logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/10/2012

Crimes et châtiments

 

attentats,crimes,terrorisme,

Au nom d'un certain Islam, la violence perpétrée contre les juifs relève d'une réalité sinistre. Et de ces faits lamentables, nous ne nous pouvons éviter de penser aux horreurs commises par l'Etat de Vichy au cours des douloureuses périodes de la France entre 1940 et 1944. Partout sur notre territoire, ces agressions et sauvageries se multiplient et bientôt, si le gouvernement n'agit pas avec fermeté, c'est toute la population de notre Pays qui deviendra la cible des cellules terroristes en présence.

Il est donc extrêmement urgent de prendre des mesures draconiennes contre ces individus dont les agissements sont absolument intolérables, aucune excuse ne pouvant être invoquée à quelque titre que ce soit.

Contrairement à certains événements relevés dans le passé, le terrorisme ne vient plus de l'étranger, mais de l'intérieur même de la Nation où des citoyens de nationalité française agissent contre la République et la démocratie.

Alors qui sont « ces français » qui en veulent tant à la France, à l'occident en général, et en particulier à la communauté juive ? Quand on examine les individus qui composent ces groupes terroristes, on constate tout de suite qu'ils sont issus en général de l'immigration, et qu'ils ont acquis par la suite la nationalité française. Leurs méfaits, leur attaques, et leurs crimes commis au nom de l'Islam portent évidemment un fort préjudice à l'ensemble des musulmans, du reste souvent montrés du doigt par des populations devenues xénophobes.

Il est évident qu'en la matière, la législation s'avère complexe. Pour les personnes ayant obtenu la nationalité française au cours de leur existence, donc de fraîche date, la loi devrait prévoir une condition suspensive de cette même nationalité pendant une période dite « d'essai » pendant laquelle son bénéficiaire pourrait voir son annulation dans des situations graves où les règles fondamentales de la république n'auraient pas été respectées. En évidence, cette annulation de la nationalité française ne pourrait se réaliser qu'après un procès pénal suivi d'une décision d'Etat assortie d'un recours administratif possible, en cas de contestation.

A côté du cas ci-dessus considéré par la loi comme une naturalisation, la situation la plus courante se situe dans la personne qui est française du simple fait de conditions de sa naissance. Ici, il est impossible de prévoir une suspension ou une annulation de la nationalité française pour l'individu qui présente un comportement relevant de l'indignité nationale. Et pourtant, une sanction autre que la condamnation pénale devient maintenant indispensable.

En résumé, deux cas précis sont en présences :

1. Citoyens ayant acquis la nationalité française par attribution ou naturalisation.

En cas de graves faits reconnus contre l'Etat et de crimes qualifiés d'actes terroristes, ces personnes seront passibles d'un retrait provisoire ou définitif de la nationalité avec la possibilité d'être reconduits dans leur pays d'origine.

2. Citoyens titulaires de la nationalité française par la naissance.

Dans un cas de faits graves similaires à ceux évoqués ci-dessus et reconnus par la justice, ces personnes perdront tous leurs droits civiques et les avantages qui s'y rattachent. Par exemple le droit de vote et d'éligibilité aux élections locales et nationales, la possibilité d'accéder à certaines aides et assistances, de percevoir diverses allocations, de bénéficier d'une pension ou de toutes autres indemnités pensions, etc… etc …

 

Nature des faits pouvant entraîner la perte de nationalité française ou des droits civiques.

Comme indiqué ci-dessus, les faits invoqués doivent être très graves : atteintes violentes à la sûreté de l'Etat et la République ; crimes terroristes envers les populations sous formes d'attentats ou de simples agressions isolées ; crimes contre certaines catégories d'agents de l'administration publique : policiers, gendarmes, militaires, douaniers, enseignants et éducateurs, tous, représentant les valeurs et l'autorité du pouvoir démocratique.

Voilà donc des mesures que tout gouvernement devrait prendre afin de rétablir rapidement la stabilité de la République, aujourd'hui bien mise à mal dans le contexte actuel.

Fomenter un complot contre la France et contre son peuple, commettre des crimes envers des civils ou des militaires, accomplir des actions relevant du terrorisme ou des attentats, sont des faits extrêmement graves qui exigent des peines très fortes, sans aucune circonstance atténuante.

De tels crimes doivent être suivis des châtiments qui s'imposent, et ces châtiments doivent être exemplaires.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

10/10/2012

Manuel Valls, une énergie qui s'affiche

 

terrorisme,islam,

Si le Président François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault démontrent leurs grandes difficultés à gouverner la Nation, Manuel Valls Ministre de l'Intérieur bien au contraire, affiche de sérieuses qualités de dirigeant responsable dans la lutte qu'il vient d'engager dans les milieux islamistes.

Il est clair aujourd'hui que l'Islam radical et révolutionnaire se développe partout en France, et en particulier dans les cités et dans les banlieues, foyers puissants d'un courant de pensée musulman, essentiellement politique faut-il le reconnaître : ici, la religion a perdu tout son sens, et les idéologies avancées par les terroristes en puissance représentent une manipulation de l'Islam afin de transformer le système politique et social d'un Etat en une nouvelle puissance islamiste. En quelque sorte, certains individus détournent les doctrines religieuses pour construire un régime fondé sur la religion, instaurant ainsi une véritable théocratie.

C'est ainsi qu'est né au 20ème siècle l'islamisme dont l'expansion prend depuis ces dernières années des dimensions importantes, pouvant entraîner à court ou à moyen terme la disparition de la plupart de nos valeurs.

Examinons un scénario devenu possible demain : La France est une république laïque et démocratique. Aujourd'hui, elle est très fragilisée par une économie défaillante, un chômage croissant, et des thèmes républicains mis largement en cause par certains élus politiques et de trop nombreuses associations irresponsables en marge d'une démocratie saine et raisonnée.

Dans un tel contexte, il est possible que d'ici quelques années, la république française s'effondre devant des mouvements issus de l'Islam dont le but essentiel se dessine dans la prise du pouvoir, que ce soit au niveau national ou local. Il est facile de constater notamment dans la région parisienne comme dans les cités Nord de Marseille, la montée en puissance d'islamistes radicaux (notamment les salafistes) qui prêchent via les mosquées officielles ou tout autre lieu de culte parfois clandestin, afin de rassembler de nouveaux militants et de constituer un front révolutionnaire dont les actions occuperont un jour ou l'autre le devant de la scène.

Ainsi, devant ce danger qui se profile à l'horizon chaque jour un peu plus, Manuel Valls réagit en bon ministre de l'Intérieur, voulant « casser » certaines cellules islamistes, véritables niches d'un terrorisme international. Certes, l'Islam de France ne doit pas être contesté et n'est donc pas contestable. Mais inévitablement il faut faire un « tri » ciblé pour éviter le chaos de nos sociétés : si nous avons le devoir de respecter les droits de la religion musulmane qui a totalement sa place dans notre Pays, nous devons par contre combattre avec détermination tous les mouvements d'individus qui souhaitent la disparition des droits fondamentaux de la démocratie.

Il faut donc soutenir largement les actions du Ministre de l'Intérieur et lui demander d'aller encore bien plus loin dans le combat engagé contre ceux qui mettent en péril notre histoire, notre République et notre proche avenir. Ainsi, quand la France est en péril, les français doivent se comporter en patriotes engagés. Aujourd'hui, la Nation est menacée et chacun de nous porte la responsabilité de la protéger : c'est-à-dire protéger nos familles, nos parents, nos amis, nos voisins, mais aussi protéger les générations futures. C'est notre devoir actuel de citoyen, et sur ce point essentiel, Monsieur Valls vient de nous tracer le chemin de la raison et de l'avenir de notre Pays.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

04/10/2012

RECONSTRUIRE LA REPUBLIQUE : UNE NECESSITÉ POUR LA FRANCE

 

république,nation,péril

Vivre en France aujourd'hui génère une inquiétude quotidienne, une sorte d'angoisse qui entraîne chez certains de nos compatriotes une panique pour leur avenir et pour celui de leurs enfants.

Il est clair que les problèmes de société sont très nombreux et que les peurs s'accentuent au fil des jours et des semaines qui défilent. Les solutions aux drames humains qui nous entourent existent-elles ? Certes oui, mais faut-il encore réformer un monde qui fonctionne bien mal et faut-il surtout reconstruire notre république. Car c'est un fait flagrant et indéniable, la République française est bafouée, maltraitée, humiliée, dégradée, avilie, insultée et salie par des individus qui ne respectent plus leurs concitoyens et qui rejettent toutes les valeurs de la démocratie.

Evidemment, les dirigeants qui se sont succédés récemment n'ont rien fait pour maintenir un état républicain digne de ce nom : Nicolas Sarkozy a laissé la Nation se dégrader largement pendant les cinq années de sa mandature, et actuellement, François Hollande augmente le pourrissement du Pays qui s'enlise désormais dans le marasme, l'insécurité et l'anarchie.

Peut-on admettre que la République mette en péril ses origines et ses fondements en matière d'indivisibilité, de laïcité et d'égalité sociale ?

Peut-on admettre que la République continue encore de nos jours à dégrader toute son économie en vendant misérablement depuis de bien longtemps son savoir-faire et ses plus hautes technologies aux pays asiatiques ?

Peut-on admettre que la République ne réagisse pas contre les délocalisations d'entreprises ou contre leurs fermetures abusives ?

Peut-on admettre que la République se complaise dans une situation sociale comportant plus de 3 millions de chômeurs, sans une volonté réelle de changer les règles économiques et financières ?

Peut-on admettre que la République supporte dans l'indifférence l'insécurité des citoyens, jusqu'à dispenser de peines certaines catégories de délinquants ?

Peut-on admettre que la République accepte que certaines villes comme Marseille notamment, soient plongées dans le chaos et la terreur orchestrés par des bandes mafieuses ?

Peut-on admettre que la République tolère les violences envers les enseignants ?

Peut-on admettre que la République ne stoppe immédiatement pas les arrivées illégales de milliers d'étrangers qui à la longue, appauvrissent notre économie, nos finances publiques et au final les plus pauvres d'entre nous ?

Peut-on admettre que la République inscrite dans la laïcité depuis 1905 finance de nos jours la construction d'édifices religieux ?

Peut-on admettre que la République fasse appel au Qatar pour financer les banlieues et le cités alors que cet Etat pratique une politique anti-démocratique et présente un Islam archaïque et particulièrement radical ?

Peut-on admettre que la République veuille instaurer le vote des étrangers (non titulaires de la nationalité française) alors que son rôle est de défendre l'identité française, symbole de notre citoyenneté et de toute notre histoire ?

Peut-on admettre que la République avalise le communautarisme alors que l'article 1er de la Constitution précise que "La France est République indivisible, laïque, démocratique et sociale" ?

Peut-on admettre que la République ne sanctionne pas les fauteurs de troubles qui brûlent le drapeau français et qui insultent publiquement les idéologies de notre Pays ?

Peut-on admettre que la République pratique une politique laxiste bénéficiant essentiellement à des profiteurs peu scrupuleux au détriment de citoyens honnêtes ?

Enfin, peut-on admettre que la République disparaisse un jour ou l'autre au profit d'une dictature militaire, extrémiste ou pourquoi pas ... religieuse ?

Bien évidemment, personne - je le suppose - ne souhaite que disparaissent nos libertés et notre démocratie. Mais faut-il dès maintenant que chacun d'entre nous ait conscience des menaces qui nous guettent à chaque instant, dangers dont le gouvernement actuel comme les prochains qu'ils soient de gauche ou de droite ne nous protègeront pas très certainement.

Il faut donc que nous ayons le courage de nous rassembler, de nous unir, de nous organiser, de créer des projets communs pour reconstruire une République semblable à celle qu'ont bâti nos aînés, mais en évidence largement tournée vers l'avenir et le troisième millénaire.

Reconstruire la République, édifier une nouvelle société plus juste et plus égalitaire où chaque citoyen aura sa place et respectera l'autre, voilà le plus bel objectif que nous pouvons espérer pour la France. Pour les prochaines échéances électorales, ne laissons plus gouverner les grands partis traditionnels qui, par leur laisser-aller depuis 1981, ont conduit la Nation à la faillite et ont provoqué au fil du temps la perte de nos droits et de nos acquis sociaux.

Rassemblons-nous pour que notre Pays retrouve sa prospérité, son plein emploi et sa justice.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique