logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/10/2012

Manuel Valls, une énergie qui s'affiche

 

terrorisme,islam,

Si le Président François Hollande et son Premier Ministre Jean-Marc Ayrault démontrent leurs grandes difficultés à gouverner la Nation, Manuel Valls Ministre de l'Intérieur bien au contraire, affiche de sérieuses qualités de dirigeant responsable dans la lutte qu'il vient d'engager dans les milieux islamistes.

Il est clair aujourd'hui que l'Islam radical et révolutionnaire se développe partout en France, et en particulier dans les cités et dans les banlieues, foyers puissants d'un courant de pensée musulman, essentiellement politique faut-il le reconnaître : ici, la religion a perdu tout son sens, et les idéologies avancées par les terroristes en puissance représentent une manipulation de l'Islam afin de transformer le système politique et social d'un Etat en une nouvelle puissance islamiste. En quelque sorte, certains individus détournent les doctrines religieuses pour construire un régime fondé sur la religion, instaurant ainsi une véritable théocratie.

C'est ainsi qu'est né au 20ème siècle l'islamisme dont l'expansion prend depuis ces dernières années des dimensions importantes, pouvant entraîner à court ou à moyen terme la disparition de la plupart de nos valeurs.

Examinons un scénario devenu possible demain : La France est une république laïque et démocratique. Aujourd'hui, elle est très fragilisée par une économie défaillante, un chômage croissant, et des thèmes républicains mis largement en cause par certains élus politiques et de trop nombreuses associations irresponsables en marge d'une démocratie saine et raisonnée.

Dans un tel contexte, il est possible que d'ici quelques années, la république française s'effondre devant des mouvements issus de l'Islam dont le but essentiel se dessine dans la prise du pouvoir, que ce soit au niveau national ou local. Il est facile de constater notamment dans la région parisienne comme dans les cités Nord de Marseille, la montée en puissance d'islamistes radicaux (notamment les salafistes) qui prêchent via les mosquées officielles ou tout autre lieu de culte parfois clandestin, afin de rassembler de nouveaux militants et de constituer un front révolutionnaire dont les actions occuperont un jour ou l'autre le devant de la scène.

Ainsi, devant ce danger qui se profile à l'horizon chaque jour un peu plus, Manuel Valls réagit en bon ministre de l'Intérieur, voulant « casser » certaines cellules islamistes, véritables niches d'un terrorisme international. Certes, l'Islam de France ne doit pas être contesté et n'est donc pas contestable. Mais inévitablement il faut faire un « tri » ciblé pour éviter le chaos de nos sociétés : si nous avons le devoir de respecter les droits de la religion musulmane qui a totalement sa place dans notre Pays, nous devons par contre combattre avec détermination tous les mouvements d'individus qui souhaitent la disparition des droits fondamentaux de la démocratie.

Il faut donc soutenir largement les actions du Ministre de l'Intérieur et lui demander d'aller encore bien plus loin dans le combat engagé contre ceux qui mettent en péril notre histoire, notre République et notre proche avenir. Ainsi, quand la France est en péril, les français doivent se comporter en patriotes engagés. Aujourd'hui, la Nation est menacée et chacun de nous porte la responsabilité de la protéger : c'est-à-dire protéger nos familles, nos parents, nos amis, nos voisins, mais aussi protéger les générations futures. C'est notre devoir actuel de citoyen, et sur ce point essentiel, Monsieur Valls vient de nous tracer le chemin de la raison et de l'avenir de notre Pays.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

04/10/2012

RECONSTRUIRE LA REPUBLIQUE : UNE NECESSITÉ POUR LA FRANCE

 

république,nation,péril

Vivre en France aujourd'hui génère une inquiétude quotidienne, une sorte d'angoisse qui entraîne chez certains de nos compatriotes une panique pour leur avenir et pour celui de leurs enfants.

Il est clair que les problèmes de société sont très nombreux et que les peurs s'accentuent au fil des jours et des semaines qui défilent. Les solutions aux drames humains qui nous entourent existent-elles ? Certes oui, mais faut-il encore réformer un monde qui fonctionne bien mal et faut-il surtout reconstruire notre république. Car c'est un fait flagrant et indéniable, la République française est bafouée, maltraitée, humiliée, dégradée, avilie, insultée et salie par des individus qui ne respectent plus leurs concitoyens et qui rejettent toutes les valeurs de la démocratie.

Evidemment, les dirigeants qui se sont succédés récemment n'ont rien fait pour maintenir un état républicain digne de ce nom : Nicolas Sarkozy a laissé la Nation se dégrader largement pendant les cinq années de sa mandature, et actuellement, François Hollande augmente le pourrissement du Pays qui s'enlise désormais dans le marasme, l'insécurité et l'anarchie.

Peut-on admettre que la République mette en péril ses origines et ses fondements en matière d'indivisibilité, de laïcité et d'égalité sociale ?

Peut-on admettre que la République continue encore de nos jours à dégrader toute son économie en vendant misérablement depuis de bien longtemps son savoir-faire et ses plus hautes technologies aux pays asiatiques ?

Peut-on admettre que la République ne réagisse pas contre les délocalisations d'entreprises ou contre leurs fermetures abusives ?

Peut-on admettre que la République se complaise dans une situation sociale comportant plus de 3 millions de chômeurs, sans une volonté réelle de changer les règles économiques et financières ?

Peut-on admettre que la République supporte dans l'indifférence l'insécurité des citoyens, jusqu'à dispenser de peines certaines catégories de délinquants ?

Peut-on admettre que la République accepte que certaines villes comme Marseille notamment, soient plongées dans le chaos et la terreur orchestrés par des bandes mafieuses ?

Peut-on admettre que la République tolère les violences envers les enseignants ?

Peut-on admettre que la République ne stoppe immédiatement pas les arrivées illégales de milliers d'étrangers qui à la longue, appauvrissent notre économie, nos finances publiques et au final les plus pauvres d'entre nous ?

Peut-on admettre que la République inscrite dans la laïcité depuis 1905 finance de nos jours la construction d'édifices religieux ?

Peut-on admettre que la République fasse appel au Qatar pour financer les banlieues et le cités alors que cet Etat pratique une politique anti-démocratique et présente un Islam archaïque et particulièrement radical ?

Peut-on admettre que la République veuille instaurer le vote des étrangers (non titulaires de la nationalité française) alors que son rôle est de défendre l'identité française, symbole de notre citoyenneté et de toute notre histoire ?

Peut-on admettre que la République avalise le communautarisme alors que l'article 1er de la Constitution précise que "La France est République indivisible, laïque, démocratique et sociale" ?

Peut-on admettre que la République ne sanctionne pas les fauteurs de troubles qui brûlent le drapeau français et qui insultent publiquement les idéologies de notre Pays ?

Peut-on admettre que la République pratique une politique laxiste bénéficiant essentiellement à des profiteurs peu scrupuleux au détriment de citoyens honnêtes ?

Enfin, peut-on admettre que la République disparaisse un jour ou l'autre au profit d'une dictature militaire, extrémiste ou pourquoi pas ... religieuse ?

Bien évidemment, personne - je le suppose - ne souhaite que disparaissent nos libertés et notre démocratie. Mais faut-il dès maintenant que chacun d'entre nous ait conscience des menaces qui nous guettent à chaque instant, dangers dont le gouvernement actuel comme les prochains qu'ils soient de gauche ou de droite ne nous protègeront pas très certainement.

Il faut donc que nous ayons le courage de nous rassembler, de nous unir, de nous organiser, de créer des projets communs pour reconstruire une République semblable à celle qu'ont bâti nos aînés, mais en évidence largement tournée vers l'avenir et le troisième millénaire.

Reconstruire la République, édifier une nouvelle société plus juste et plus égalitaire où chaque citoyen aura sa place et respectera l'autre, voilà le plus bel objectif que nous pouvons espérer pour la France. Pour les prochaines échéances électorales, ne laissons plus gouverner les grands partis traditionnels qui, par leur laisser-aller depuis 1981, ont conduit la Nation à la faillite et ont provoqué au fil du temps la perte de nos droits et de nos acquis sociaux.

Rassemblons-nous pour que notre Pays retrouve sa prospérité, son plein emploi et sa justice.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

06/09/2012

La République des pauvres

 

pauvreté, misère, république,

Les gouvernements passent, et repassent. Tantôt la droite, tantôt la gauche et vice versa, pour une politique stérile qui met toujours à l'index les plus faibles et les plus démunis.

Sarkozy était-il proche du peuple ? Bien évidemment, non ! Aujourd'hui, François Hollande veut-il changer la société pour un monde plus juste ? Certainement pas. L'ancien Premier Secrétaire du PS nourrissait depuis longtemps une ambition secrète : devenir le Chef de l'Etat. Et c'était la seule chose qui l'intéressait. Quelques-uns de ses proches le savaient ou l'avaient deviné, mais personne n'y croyait vraiment. D'autant plus que l'ombre de Dominique Strauss-Kahn planait depuis longtemps sur l'Elysée. Mais soudain, les immenses déboires de DSK réjouirent fortement le député de Corrèze qui ne cacha pas auprès de ses amis sa formidable joie du fait que son principal rival du PS venait lui-même de s'éliminer … à jamais !

Donc, le 6 mai 2012, François Hollande était élu Président de la République, et dans les chaumières, un petit espoir ranimait les cœurs gelés par une démocratie qui depuis longue date, ne faisait plus de sentiments avec le petit peuple de France.

« Je croyais que François Hollande allait changer nos vies » disait voici quelques jours encore un employé de magasin dont le salaire actuel ne dépasse guère le SMIC après 15 ans d'ancienneté. Cet exemple est l'un des milliers que l'on peut découvrir un peu partout dans le Pays, que ce soit dans les villes ou dans n'importe quel lieu des campagnes.

Evidemment, à chaque élection présidentielle, les illusions naissent chez ceux et celles qui espèrent en vain pouvoir terminer leur mois le 30 au lieu du 15 ou du 20. Mais au final, rien ne change, et la misère est toujours bien présente. Fini le temps des luttes ouvrières, fini le temps de l'Internationale et des 1er mai fleuris, fini le temps des lendemains ensoleillés !

A l'heure d'aujourd'hui, la sale vie broie des hommes et des femmes qui n'ont plus aucun moyen pour se défendre de l'enfer social. Pendant que des familles partagent un maigre repas autour d'une table, pendant que des enfants souffrent de la faim et du froid, pendant que des gens meurent dans le silence faute de soins médicaux, les grosses limousines ministérielles entrent et sortent sans cesse du Palais de l'Elysée sous les flashs des médias et sous les caméras de la télévision. Moins de 2 kms plus loin, à l'Assemblée Nationale, les députés profitent de leur côté, des richesses et des bienfaits que leur accorde l'Etat, tout en prenant soin de se préparer un avenir confortable sur le dos des contribuables, si un jour la politique les abandonne.

Qui défend les intérêts du peuple ? Parfois s'élèvent quelques voix sincères qui osent exposer la douleur de la misère humaine. Mais sont-elles entendues ? Jamais ou presque. Le généreux Abbé Pierre en avait fait la triste expérience.

Les actions véritables du pouvoir sont entièrement ailleurs. Au fil du temps, à droite comme à gauche, les ambitions restent les mêmes : argent, puissance et combines … alors que plus de 15 millions de français vivent dans la précarité.

Aujourd'hui, la démocratie est largement bafouée et la République est moribonde, même si les apparences mettent parfois en lumière (à des fins uniquement électorales), les libertés, la fraternité et la solidarité.

La République des peuples n'existe plus. Elle a laissé la place à une monarchie (de droite et de gauche) où le Président exerce les fonctions d'un roi … sans couronne. Une telle situation ne semble pas alarmer du tout une société dite « privilégiée » qui, faut-il le dire, bénéficie grassement des plus belles faveurs que lui accorde l'Etat. Ces bourgeois du 21 ème siècle votent UMP ou PS, considérant que ces deux partis sont les meilleurs pour préserver leurs intérêts particuliers.

La République des pauvres est bien présente. Et de jour en jour, de semaine en semaine, de mois en mois, et d'année en année, elle développe sans détour la paupérisation d'une population écrasée par la finance et le grand capitalisme.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 



 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique