logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/07/2012

Quand les socialistes contournent la loi de la séparation des Eglises et de L'Etat

 

République, laïcité, parti socialiste,

Le 6 juillet dernier, Manuel Valls, Ministre de l'Intérieur, inaugurait la grande mosquée de Cergy sur l'invitation du maire de la ville.

Que penser d'un tel fait ?

Pour ma part, comme pour tant d'autres de nos citoyens, je considère que les mosquées, bien que décriées encore par certains, ont légalement leur place dans l'espace public en raison du respect que la République se doit envers toute religion, dès l'instant où un groupe de personnes désire pratiquer le culte qui lui convient.

Cependant, il ne faut pas oublier que la France est un état républicain, et selon les termes de la loi du 9 décembre 1905, instituant la « séparation des Eglises et de l'Etat », aucun gouvernement ne doit s'engager de près ou de loin dans un rapprochement tacite vers un groupe religieux quelle que soit sa puissance ou sa place dans la société française.

A ce sujet, l'article 2 de ladite loi de 1905 précise : « La République ne reconnaît, se salarie ni ne subventionne aucun culte [...] ».

Il est donc indécent de voir un Ministre de l'Intérieur venir apporter son soutien à une confession telle que l'Islam aujourd'hui, ou peut-être à tout autre religion demain, alors que les principes de laïcité interdisent à l'Etat de s'engager sur une voie quelconque à ce sujet.

Encore plus indécent, la municipalité PS de Cergy qui garantit DEUX MILLIONS D'EUROS d'emprunt pour la réalisation de la grande mosquée de la ville, en plus d'un autre « cadeau » consenti par cette même mairie qui cède aux associations musulmanes concernées le terrain pour 1 € (symbolique) aux termes d'un bail emphytéotique.

Alors, au lieu de conserver les distances nécessaires envers toutes communautés confessionnelles et d'éviter ainsi toutes polémiques entre elles, Monsieur Valls attise les différences qui existent aujourd'hui entre certains religions, et de surplus aggrave le communautarisme existant.

Ainsi, la République doit rester entièrement « républicaine » ; c'est-à-dire l'application entière de l'article 1er de la Constitution qui proclame  "La France est une République indivisible, laïque, démocratique, et sociale".

Pourquoi un tel comportement de la part des socialistes ?

Dans une logique démocratique et compte tenu de ses engagés antérieurs, le Parti socialiste devrait être l'exemple même de l'esprit républicain.

Aujourd'hui, concrètement, la situation semble être bien différente. Les socialistes (et la gauche en général) oublient volontiers les règles rigoureuses de leurs aînés, dans un but strictement électoral. Ils sont parfaitement conscients qu'en facilitant la création de mosquées avec une cession gratuite des terrains et en se portant caution des prêts contractés par les associations religieuses d'orientation islamiste, ils « achètent » un électorat important qu'ils viennent d'ailleurs de constituer par le projet de loi autorisant le vote des étrangers dans les scrutins locaux.

Comme je l'ai souvent dit, les citoyens français ne doivent plus espérer dans une gauche qui sacrifie la plupart des valeurs de la France à ses propres intérêts.

La République, c'est tout autre chose, et le Café Républicain sera toujours présent pour défendre les intérêts de la Nation basés sur les principes de la Révolution Française et sur les grands idéaux de la Troisième République, protectrice des libertés et des Droits de l'Homme.

Cette belle et généreuse Troisième République était constituée majoritairement de vrais socialistes et d'hommes de gauche engagés. Aujourd'hui, les socialistes censés représenter le peuple français ne ressemblent en rien à leur aînés : ils ont beaucoup plus d'atomes crochus avec les idéologies de droite qu'avec les doctrines d'une république moderne et populaire.

Et c'est là que se situe le vrai problème de notre Pays !

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com





29/06/2012

Les français ont-ils eu raison de voter François Hollande ?

François Hollande, Parti socialiste,Les 22 avril et 6 mai 2012, Les français ont choisi François Hollande pour se débarrasser de Nicolas Sarkozy, ou pour le « sortir » comme de nombreux opposants de gauche l'ont déclaré sans aucune prévenance sur les chaînes de télévision.

Il est vrai qu'il n'a pas toujours été à l'écoute de la France, ce qui a été, faut-il le constater, assez dommageable pour le Pays et pour l'ensemble de nos compatriotes.

Mais, incontestablement, l'ancien président de la République, s'est toujours comporté comme un grand Chef d'Etat, que ce soit à l'échelon national ou au niveau international.

Aujourd'hui, la Nation connaît un grand vide politique comme jamais nous n'en avons connu sous la Cinquième République.

Sans remonter juqu'en 1958 date de sa fondation, souvenez-vous des années 80 au moment où François Mitterrand est arrivé au pouvoir. Rien à voir avec le socialisme d'aujourd'hui. A l'époque, on pouvait réellement espérer dans l'action d'une gauche solide, compétente et motivée pour apporter au peuple de France un changement radical face à une bourgeoisie réactionnaire et démodée.

Mais 2012 n'a donc rien à voir avec 1981. Qu'on lui soit favorable ou pas, il n'en reste pas moins vrai que François Mitterrand fut un grand président de gauche ; alors que François Hollande se révèle de jour en jour, comme un « petit président » qui n'arrivera jamais à surmonter les difficultés présentes ou futures.

Les français ont-ils eu donc raison de voter pour François Hollande ? Certainement pas ! L'ancien premier secrétaire du Parti Socialiste, n'aura jamais l'envergure d'un chef d'Etat. Arrivé au pouvoir suprême le 6 mai 2012 à la faveur de deux grands évènements particuliers (la mise sur la touche de DSK par le scandale du Sofitel à New York, et l'impopularité du Président Sarkozy), François Hollande est arrivé à la Présidence de la République par un pur et simple hasard qui n'aurait du jamais avoir lieu.

Et à l'heure actuelle, dès que l'on parle avec de nombreux français, il s'avère rapidement que l'on regrette de plus en plus Nicolas Sarkozy, même s'il ne rassemblait pas toutes les qualités que l'on pouvait attendre de lui.

Mais rendons à césar … ce qui est à césar ! François Hollande possède certaines capacités indéniables qui auraient pu faire de lui un excellent ministre comme il fut un temps un bon président du Conseil général de Corrèze.

Certainement honnête, sérieux, et convaincu d'un idéal socialiste, il reste toutefois dans une vision trop étroite de la France, et fort éloignée du monde nouveau qui se dessine au sein de ce troisième millénaire.

A ce rythme, le quinquennat du nouveau Président risque de faire perdre à nouveau à la Nation cinq années où le Pays aurait pu se reconstruire et revenir sur le devant de la scène internationale. Avec Nicolas Sarkozy, cette chance, si petite soit-elle, était encore possible. Avec François Hollande, je crains fortement pour les français que les déceptions futures soient aussi grandes que les espoirs ressentis par le peuple lors de son succès aux dernières échéances électorales.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

 

 

21/06/2012

Le Parti socialiste pourra-t-il sauver la France de la faillite ? Condamné à réussir ! ...


Parti socialiste, Hollande, Ayrault, Faillite,

Dimanche 17 juin, le Parti socialiste a gagné largement les élections législatives, et désormais il est devient le grand maître à bord du paquebot France. Grand maître, puisqu'il détient la présidence de la République, l'Assemblée Nationale, le Sénat, la quasi totalité des régions ainsi que la plupart des collectivités territoriales, et situation extraordinaire tous les corps intermédiaires, dont en particulier les syndicats et quelque part aussi les principaux médias.

Ainsi, François Hollande rassemble tous les pouvoirs, et dans ces conditions, il pourrait agir sans grand problème pour changer le visage de la Nation, que ce soit à l'échelon politique, économique ou social. De même, grâce au poids électoral dont il jouit, il a les coudées franches pour aborder les problèmes européens, et s'imposer au milieu des chefs d'Etat des vingt sept pays de la Communauté.

A première vue donc, le Chef de l'Etat possède maintenant un immense « boulevard » pour engager ses réformes et pour bâtir le changement annoncé au Bourget le 22 janvier dernier.

Mais, dans la réalité des faits, la situation est beaucoup plus compliquée, la marge de manœuvre du Président étant extrêmement limitée en raison de l'abominable rigueur qui nous guette depuis longtemps et qui nous rattrape aujourd'hui. Car, on ne peut plus se voiler la face. Pendant la durée des campagnes électorales, présidentielles ou législatives, personne n'a dit la vérité aux français, que ce soit à droite ou à gauche. Les politiques ont caché soigneusement aux citoyens la catastrophe qui menace la France, un mensonge délibérement orchestré par des partis beaucoup plus soucieux de gagner des élections que de favoriser les intérêts du peuple.

Seul, François Bayrou a souligné à maintes reprises jusqu'à maintenant encore, le grand danger qui menace la Nation, mais ses annonces sont restées sans échos, les français préférant le déni à toutes les réalités du moment.

Aussi, nous entrons dans une période extrêment difficile pour la plupart des citoyens, et les jours qui arrivent seront décisifs pour l'avenir de notre économie et de notre place en Europe et dans le Monde.

Le 6 mai et le 17 juin, la France a confié son destin aux socialistes et d'une manière plus étendue aux partis de gauche.

Nou verrons d'ici quelques jours, voire quelques semaines, comment la situation va évoluer et si l'enfer redouté nous rattrape comme il a atteint précédemment la Grèce, l'Espagne ou dernièrement l'Italie.

Dans ces temps difficiles,nous ne pouvons que souhaiter bonne chance au gouvernement Ayrault et aux nouveaux députés en leur demandant d'une part, de respecter le peuple français et les valeurs fondamentales de la Nation et d'autre part, d'avoir l'ambition de reconstruire le Pays dans la justice et la solidarité.

Dernière autre recommandation : La Vérité. Que François Hollande ou Jean-Marc Ayrault aient le courage d'annoncer à tous les citoyens et à toutes les citoyennes de France, les efforts qu'ils attendent d'eux, les difficultés que chacun d'entre nous pourra rencontrer ans sa vie quotidienne, et les sacrifices qu'il faudra faire obligatoirement tôt ou tard afin de sortir de l'impasse dans laquelle notre Pays est engagé maintenant depuis plus de 30 ans.

La rigueur est face à nous, et nous ne pourrons jamais la contourner.

Il est clair que les Socialistes et ses alliés doivent impérativement apporter à la Nation des solutions concrètes et efficaces, faute de quoi la France sombrera inévitablement dans la faillite. Mais les français doivent s'attendre à des jours pénibles qu'aucune politique, même la plus saine et la plus sensée, ne pourra pas éviter, hélas.

Pierre-Alain Reynaud

Site internet : www.pierre-alain-reynaud.com

Mail : cafe.republicain@gmail.com

Voir articles connexes en cliquant sur les liens ci-dessous

http://www.pierre-alain-reynaud.com/pages/les-points-d-ac...

http://www.pierre-alain-reynaud.com/pages/le-billet-grinc...

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique